NO ACADEMIC BUSINESS AS USUAL WITH ARIEL UNIVERSITY

Supporting the Palestinian call to end ties with Israeli academic institutions in illegal settlements on occupied Palestinian land

Authoritative Palestinian Academic Bodies Call for Non-Recognition of and No Ties With Ariel University

No Academic Business as Usual with Ariel University and all other Israeli Academic Institutions Illegally Built on Occupied Palestinian Land

A Call from Palestine

Français ci-dessous

On the International Day of Solidarity with the Palestinian People, we call on states, academic institutions and multilateral research bodies to withdraw any existing recognition of and end all institutional relations with Ariel University and other Israeli academic institutions illegally built on occupied Palestinian land. 

The obligation of non-recognition and non-assistance of unlawful situations ” is a fundamental precept of international law, particularly as they relate to Israeli settlements,  condemned by the United Nations Security Council as a “flagrant violation of international law.” Under the Fourth Geneva Convention, Israeli settlements and the transfer of Israeli settlers to occupied territory constitute a war crime.

Ariel University is located in the illegal Israeli settlement of the same name that was built on land stolen from surrounding Palestinian villages and on land Palestinian families have cultivated for generations. Israel’s wall, which was designed in such a way as to annex settlements, including Ariel, to Israel, was declared illegal in 2004 by the International Court of Justice (ICJ). It  severs Palestinian villages from each other and restricts freedom of movement. Palestinians have to live with the stench of wastewater dumped by Ariel on their agricultural land, destroying their crops, polluting their water sources and harming their health.

The settlements, which rob the Palestinian people of our land and natural resources and deny us our inalienable right to self-determination, are an integral part of Israel’s system of military occupation and colonial oppression dominating all aspects of Palestinian life, in particular education.

Israel’s military checkpoints and wall restrict travel to and from schools and colleges for Palestinian students, researchers and professors. The Israeli occupation authorities prevent Palestinian students in besieged Gaza, where nearly two million people live on four hours of electricity per day on average, from studying at Palestinian universities in the West Bank or from leaving Gaza for universities abroad.

Since the start of the current academic year, Israel has denied entry or refused to renew visas for scores of faculty members of Palestinian universities holding foreign passports.

Ariel University contributes significantly to Israel’s denial of the fundamental right of academic freedom for Palestinians.

The  European Union and the US-Israel Binational Science Foundation exclude Israeli academic institutions in the occupied Palestinian territory, such as Ariel University, from grants and joint research programs.

Israeli academic associations, including the Israeli Anthropological Association and the Israeli Sociological Society, as well as 1200 Israeli academics, have shunned Ariel University and refuse to cooperate with it.

In a  near-unanimous vote (830-21), the European Association of Social Anthropologists membership pledged non-cooperation with Israeli academic institutions in the occupied Palestinian territory.

Earlier this year, Kasetsart University in Bangkok ended its partnership with Ariel University for a Women’s Study Conference.

In 2012, the Technical University of Denmark  ended a joint research project with Ariel University. 

These measures were taken in recognition of the fact that collaborating with Ariel University necessarily means normalizing Israel’s illegal policies that deny Palestinian rights. We therefore call specifically on:

  • Governments and the European Union to condition agreements with the Israeli Council for Higher Education on non-recognition and non-accreditation of Ariel University.
  • Ministries of education worldwide not to accredit Ariel University’s diplomas.
  • International academic institutions and research centers to end all institutional links to Ariel University, including joint research, recognition of diplomas, invitations, visits and conferences.
  • International academics to refrain from participating in any activity/project fully or partially sponsored/organized by Ariel University or in which its representatives are participating.
  • Academic journals not to recognize Ariel University and to insist that submissions from academics affiliated to Ariel University must include the fact that it is located in an illegal Israeli settlement in the occupied Palestinian territory.

Signatories:
Palestinian Ministry of Education and Higher Education
Council of Palestinian Universities’ Presidents
Palestinian Federation of Unions of University Professors and Employees (PFUUPE)
Palestinian Human Rights Organizations Council (PHROC)


Background information:

Founded in 1982 as a branch of Bar-Ilan University, Ariel University Center of Samaria became an independent college in 2004. In 2012, it was granted accreditation by the so-called “Council for Higher Education in Judea and Samaria,” i.e. the occupied West Bank.

Ariel University is built on occupied Palestinian territory and is therefore built in violation of international law. In February 2018, the Israeli parliament passed a law placing Ariel University — along with two other colony-colleges, Herzog College, and Orot Israel College — under the auspices of Israel’s Council for Higher Education.

Ze’ev Elkin, Jerusalem Affairs Minister in Netanyahu’s far-right government, celebrated the Knesset vote on the matter tweeting that after “applying Israeli sovereignty on Ariel University, let’s begin to apply Israeli sovereignty on Israeli communities in Judea and Samaria.”

According to B’Tselem, Israel’s leading human rights organization, Ariel, the illegal colony where the current university is based, was established in 1978 on Palestinian land that was seized “under the false pretext of imperative military needs and on land that was declared state land.” Under the Fourth Geneva Convention, Israeli settlements built on occupied Palestinian or Syrian territory constitute war crimes.

Ariel University is expected to double in size over the next 5 years, thanks to a 20-million-dollar donation from US  billionaire and Israeli settlement supporter Sheldon Adelson and a solid commitment by the far-right Israeli education minister Naftali Bennett.

Published on the web site of the Palestinian Ministry of Education and Higher Education


Pas de « business as usual » universitaire avec l’université Ariel et les autres institutions académiques israéliennes construites illégalement en territoire palestinien occupé

Un appel de Palestine

En ce Jour international de solidarité avec le peuple palestinien, nous appelons les états, les institutions universitaires et les organismes de recherche multilatéraux de révoquer toute reconnaissance existante de l’université d’Ariel et de mettre fin à toutes les relations institutionnelles avec cette université et les autres institutions universitaires israéliennes construites illégalement en territoire palestinien occupé.

L’obligation de non-reconnaissance et de non-assistance de situations illégales « est un précepte fondamental du droit international, en particulier en tant qu’elle est liée aux colonies israéliennes,condamnées par le Conseil de sécurité des Nations unies comme « violation flagrante du droit international ». Selon la Quatrième Convention de Genève, les colonies israéliennes et le transfert des colons israéliens dans un territoire occupé constituent un crime de guerre.

L’université Ariel est située dans la colonie israélienne illégale du même nom volée aux villages palestiniens environnants, sur des terres que des familles palestiniennes ont cultivées pendant des générations. Le mur d’Israël, qui a été conçu de manière à annexer des colonies, dont Ariel, à Israël, a été déclaré illégal en 2004 par la Cour internationale de justice (CIJ). Il coupe des villages palestiniens les uns des autres et restreint la liberté de mouvement. Des Palestiniens doivent vivre avec la puanteur des eaux usées évacuées par Ariel sur leurs terres agricoles, détruisant leurs récoltes, polluant leurs sources d’eau et nuisant à leur santé.

Les colonies, qui volent au peuple palestinien notre terre et nos ressources naturelles et nient notre droit inaliénable à l’auto-détermination, sont une partie intégrante du système israélien d’occupation militaire et d’oppression coloniale dominant tous les aspects de la vie palestinienne, en particulier l’éducation.

Les checkpoints militaires d’Israël et le mur restreignent le trajet vers les écoles et les établissements d’enseignement supérieur des étudiants, des chercheurs et des professeurs palestiniens. Les autorités israéliennes d’occupation empêchent les étudiants palestiniens dans Gaza assiégée, où près de deux millions de personnes vivent avec quatre heures d’électricité par jour en moyenne, d’étudier dans des universités palestiniennes de Cisjordanie ou de quitter Gaza pour des universités à l’étranger.

Depuis le début de l’année universitaire en cours, Israël a refusé l’entrée ou le renouvellement de visas à de nombreux membres du corps enseignant des universités palestiniennes détenteurs de passeports étrangers.

L’université Ariel contribue de manière significative au déni par Israël du droit fondamental à la liberté académique des Palestiniens.

L’Union européenne et la Fondation binationale des sciences US-Israël excluent les institutions universitaires israéliennes en territoire palestinien occupé, comme l’université Ariel, de leurs subventions et de leurs programmes conjoints de recherche.

Des associations universitaires israéliennes, dont l’Association israélienne d’anthropologie et la Société israélienne de sociologie, ainsi que 1200 universitaires israéliens, ont banni l’université Ariel et refusent de collaborer avec elle.

Dans un vote quasi-unanime (830 à 21), les membres de l’Association européenne d’anthropologie sociale se sont engagés à ne pas collaborer avec les institutions universitaires israéliennes en territoire palestinien occupé.

Plus tôt cette année, l’université Kasetsart de Bangkok a mis fin à son partenariat avec l’université Ariel pour une conférence d’études sur les femmes.

En 2012, l’université technologique du Danemark a mis fin à un projet de recherche conjointe avec l’université Ariel. 

Ces mesures ont été prises en reconnaissance du fait que collaborer avec l’université Ariel signifie nécessairement normaliser la politique illégale d’Israël qui nie les droits palestiniens. Nous appelons donc spécifiquement :

  • les gouvernements et l’Union européenne à mettre comme condition aux accords avec le Conseil israélien d’enseignement supérieur la non-reconnaissance et la non-accréditation de l’université Ariel ;
  • les ministres de l’éducation du monde entier à ne pas accréditer les diplômes de l’université Ariel ;
  • les institutions universitaires et les centres de recherche internationaux à mettre fin à tous leurs liens institutionnels avec l’université Ariel, y compris les collaborations de recherche, la reconnaissance des diplômes, les invitations, les visites et les conférences ;
  • les universitaires du monde entier à ne pas participer à une activité ou un projet qui soit intégralement ou partiellement financé ou organisé par l’université Ariel ou dans lesquels ses représentants participent ;
  • les revues universitaires à ne pas reconnaître l’université Ariel et à insister pour que les soumissions d’universitaires affiliés à l’université Ariel incluent le fait qu’elle est située dans une colonie israélienne illégale en territoire palestinien occupé.

Signataires :
le Ministre palestinien de l’éducation et de l’enseignement supérieur,
le Conseil des présidents des universités palestiniennes,
la Fédération palestinienne des syndicats de professeurs et d’employés des universités (PFUUPE), et
le Conseil palestinien des organisations pour les droits humains (PHROC).


Information de base :
 
Fondé en 1982 comme une branche de l’université Bar-Ilan, le centre universitaire Ariel de Samarie est devenu un college [établissement d’enseignement supérieur de premier cycle] en 2004. En 2012, il a reçu l’accréditation du prétendu « Conseil pour l’enseignement supérieur en Judée et Samarie », c’est-à-dire la Cisjordanie occupée.
 
L’université Ariel est construite sur des terres palestiniennes occupées et l’est donc en violation du droit international. En février 2018, le parlement israélien a adopté une loi plaçant l’université Ariel — ainsi que deux autres colleges coloniaux, Herzog et Orot Israel — sous les auspices du Conseil israélien d’enseignement supérieur.
 
Ze’ev Elkin, le ministre des Affaires de Jérusalem dans le gouvernement d’extrême-droite de Netanyahu, a célébré le vote de la Knesset sur cette question en twittant qu’après « l’application de la souveraineté israélienne sur l’université Ariel, commençons à appliquer la souveraineté israélienne sur les communautés israéliennes de Judée et de Samarie ». 
 
Selon B’Tselem, la principale organisation israélienne des droits humains, Ariel, la colonie illégale où l’université actuelle est basée, a été établie en 1978 sur des terres palestiniennes saisies « sous le faux prétexte de besoins militaires impératifs et sur un territoire qui a été déclaré ‘terre de l’état’ ». Selon la Quatirème Convention de Genève, les colonies israéliennes construites sur des terres palestiniennes ou syriennes occupées constituent des crimes de guerre.

L’université Ariel doit doubler de taille dans les cinq prochaines années, grâce à une donation de 20 millions de dollars du milliardaire américain Sheldon Adelson, supporter de la colonisation israélienne, et à un engagement solide du ministre de l’éducation israélien d’extrême-droite Naftali Bennett.